Un épicurien parisien

11 avril 2015

Sushi Okuda

Pour mon anniversaire, j'avais envie de sushis, mais de bons ... J'avais repéré depuis quelques temps la nouvelle adresse de Maître Okuda, après avoir essayé l'an passé son restaurant gastronomique. Cette adresse, dans la même veine que Jin, propose une dégustation selon l'humeur du chef et ses poissons du jour.

La salle n'est composée que d'un comptoir, avec 8 places maximum. Réservation impérative pour avoir la chance de faire un voyage gastronomique au pays du Soleil Levant.

1

Homard et asperge, sauce au jaune d'oeuf. Divin !

2

Beignets de barbue, sel et citron. Le poisson reste tendre. Superbe.

3

Sole grillée et laquée, navet et patate douce. Un sucré - salé réussi

Ensuite, un assortiment de sushis est proposé, chacun étant réalisé minute, avec des poissons mis à température. Ils sont tous exceptionnels ! des oeuvres d'art !

4

5

6

7

8

9

10

12

13

11

Bouillon clair avec une brioche au canard. De quoi finir le repas en beauté avant le dessert.

14

Surprise pour le dessert : association de la fraise et du petit pois. Rafraîchissant !

Pour accompagner un tel repas, nous avons pris des boissons locales : 3 sakés différents, et un Umeshu en apéritif.

L'addition est à 421€, dont 310€ de menu et 10€ de supplément pour avoir une paire de sushi supplémentaire. Ce n'est pas donné, mais ça le vaut. La même prestation serait 2 à 3 fois plus chère à Tokyo !

C'est sans aucun doute une des meilleures adresse de sushi à Paris. À faire au moins une fois, et à refaire sans doute !

Posté par Zeross à 10:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,


29 mars 2015

Un Dimanche à Paris - le brunch

Je suis passé plusieurs fois devant ce restaurant / salon de thé / pâtisserie, et je dois avouer que le brunch dominical a attiré mon attention, avec des propositions salées matinées de chocolat. Nous avons testé en famille cette adresse, en réservant via La Fourchette, sans promotion.

La salle est belle et moderne, avec des tables pas trop serrées, ce qui évite d'entendre les conversations de ses voisins. Le bruit ambiant reste supportable, même quand la salle est pleine.

Le service est par contre un peu à la peine. Nous avons attendu un peu trop à mon goût pour effectuer le seul choix proposé le dimanche : brunch de base ou brunch gastro. Par contre, une fois le choix fait, ça envoie vite. Nous avons pris un brunch de base à partager pour les 2 garçons (une omelette au fromage et à la copa), et un brunch version gastro pour chaque adulte.

1

Le pain, proposé avec de la pâte à tartiner en plus du traditionnel beurre et confitures. C'est bon, mais il n'y a pas assez de pain pour 4 et il faut en réclamer ...

2

Le coeur du brunch gastro : brochette de gambas, foie gras, crème de champignon, tourte au lièvre, maki saumon et daurade ... c'est très bon, un peu tiède pour ce qui aurait du être chaud, et le dosage du cacao est subtil avec les gambas, le maki et le foie gras. Le kir royal au cacao est aussi très surprenant et réussi.

3

Les desserts, nettement plus classiques.

Au final, à 54€ pour la version gastro et 38€ pour la version standard, c'est un peu décevant ... le rapport qualité / prix n'est vraiment pas top ... Cet essai ne sera donc pas renouvelé ... j'ai d'ailleurs du mal à mettre en regard les excellentes critiques que l'on trouve sur Internet et ce que j'ai trouvé dans l'assiette.

Pour ceux qui voudrait tester les associations chocolat / salé, le site web du resto est ici.

Posté par Zeross à 18:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 mars 2015

Le Jéroboam

J'aime bien découvrir de nouvelles tables dans mon quartier. Pour cela, Internet est une très bonne source, et des sites comme La Fourchette permettent de trouver en plus des bons plans. D'après ce site, une des meilleures tables du sud 14ème est le Jéroboam, restaurant bistronomique. Le midi, une offre à -30% est proposée sur la carte. Je fais donc une réservation pour déjeuner en famille, avec les enfants.

Si l'extérieur ne paye pas de mine, la salle est sobrement mais joliment décorée. Nous arrivons à l'ouverture, et sommes rapidement pris en main. Les enfants sont aussi bien accueillis, et on leur propose quelques plats, parfois simplifiés, pouvant leur convenir. Pour les grands, même si les choix sont limités à 6/8 items par catégorie, il paraissent tous alléchants ... difficile de se décider.

Pour l'apéritif, on nous propose des petits biscuits sarrasin et comté. Simple et efficace, idéal pour se mettre en bouche.

1

Fricassée d'escargots au chorizo, entrée de mon épouse. Bien relevé, c'est une version modernisée des escargots beurre d'ail. Une belle entrée.

2

Pour ma part, j'ai opté pour la truffe noire et foie gras en croûte, glace au foie gras. Bien parfumée, c'est entrée est très réussie. Le foie gras est bien dosé, pour ne pas écoeurer, et la truffe est bien présente. J'adore.

3

Pluma de "Pata Negra" au vinaigre de Xérès. La viande est ultra fondante, et toujours bien assaisonnée. Quant à la sauce, elle vient relever le plat comme il faut.

4

Quasi de veau en croûte d'herbes. Encore un plat réussi, avec une cuisson maitrisée et un jus corsé comme je les aime.

Pour les desserts, j'ai choisi de rester dans le thème de l'entrée avec un camembert rôti à la truffe. Mon épouse se laisse tenter par un café très gourmand. Encore deux belles réussites !

Les enfants se sont partagés une tarte renversée au canard confit, puis une bavette. Ils ont été ravis, et les assiettes sont reparties vides. Un signe qui ne trompe pas.

Notre table était un peu à l'écart, ce qui fait que même quand la salle était pleine, le niveau sonore est resté très acceptable. À noter, il y a une salle au sous-sol pour les réunions familiales ou les repas de groupe.

Le service a été efficace avec un serveur sympathique, qui a su nous guider pour faire nos choix, tant dans les mets que les vins pour les accompagner. Geste rare mais appréciable, nous avons pu goûter les vins proposés au verre, pour s'assurer qu'ils nous convenaient.

L'addition est restée raisonnable, à 128,20€, avec 2 cocas, 4 verres de vin et 1 café.

Alors, le verdict : je crois que j'ai trouvé ma nouvelle cantine de quartier ! Que dis-je, nous avons trouvé ... les enfants veulent déjà y retourner.

Le site web du resto -> ici

Posté par Zeross à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 février 2015

1K - le Pérou à Paris

 Seconde table de la semaine sans enfants, le restaurant de l'hôtel 1K, d'inspiration péruvienne comme son nom le laisse supposer. Fait du hasard, cette table est aussi tenue par un ancien candidat de Top Chef, Julien Burbaud.

Tout le concept de l'hôtel tourne autour de l'amérique latine, et des civilisations Inca. Le restaurant ne fait pas exception, et propose un décors dépayasant, tinté de modernité. Les tables sont espacées, et des alcôves pour 4 sont proposées pour être au calme.

Petite surprise au niveau de la carte : pas de menu. Par contre, il est possible de commencer le repas avec un cocktail du bar, accompagné de purée d'avocat et chips de maïs, ce que nous avons fait. Le pisco, alcool péruvien, est bien évidemment à l'honneur.

1

Thon rouge, jaune d'oeuf. Superbe entrée, tout en fraicheur, avec un thon comme un tataki, ce qui apporte un petit goût agréable de grillé. Un plat aussi bon que beau.

2

Mon épouse a préféré goûté au poulpe, préparé avec du choux fleur et du combava. Une réussite !

3

Pour le plat, nous nous sommes rejoints sur une adaptation modernisée d'un grand classique péruvien, la Parihuela. Deux poissons blancs et une gambas, sur un risotto de quinoa, avec un cappucino de tourteau. Un très grand plat, épicé mais pas piquant, subtil, avec des poissons parfaitement cuits.

4

Pour le dessert, je me laisse tenté par de l'avocat, avec un crumble de chocolat et de la clémentine. J'ai adoré. Très surprenant, le mélange chocolat / avocat fonctionne à merveille !

5

Mon épouse est restée plus classique, avec le tout chocolat. L'apport du maïs caramélisé permet de donner un peu de texture à ce plat, et les pousses vertes viennent apporter un peu de peps. Un bon dessert.

Le service a été rapide, efficace et sympathique. Leurs conseils ont été pertinents pour nous guider dans le choix des plats.

Avec 2 cocktails, 2 cafés et une eau gazeuse, l'addition a été de 140€. Très bon rapport qualité-prix.

Encore une belle table, complètement dépaysante et unique à Paris, où j'aurai plaisir à revenir. Le temps d'un soir, nous étions de retour en Amérique Latine, version 2015 !

Le site web du restaurant -> ici

Posté par Zeross à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Pierre Sang on Gambey

 Cette semaine, les enfants sont en vacances chez leurs grands parents. Nous en profitons donc avec mon épouse pour faire quelques sorties, dont certaines sont forcément autour de la gastronomie. Pour notre premier dîner, j'ai choisi d'aller chez Pierre Sang Boyer, candidat remarqué de la seconde saison de Top Chef. Cette émission m'a permis de découvrir de très bonnes tables. Est-ce que celle de Pierre Sang, d'inspiration Coréenne pour son adresse "On Gambey", sera du même niveau ?

Après une réservation facile via Internet, reste à trouver le restaurant. Pas évident, car les deux adresses du chef sont côte à côte, et les noms ne sont pas faciles à trouver. La notre est bien dans la rue Gambey, et non celle qui fait l'angle avec Oberkampf. Le décors est moderne, avec de grandes tablées assez hautes et des fauteuils de type bar. Le menu est unique, à 49€, et propose un amuse bouche, deux entrée, un plat, un fromage puis un dessert, selon l'inspiration du jour du chef. Un accord mets-vins est possible.

1

Nous commençons par un plat à base moules et couteaux, avec une purée de fenouil et céleri, de la grenade. Délicieux et terriblement efficace.

2

Pour la première entrée, une Saint-Jacque parfaitement rôtie, avec un condiment au yuzu et un accompagnement carottes et betteraves. Le plat est bon, mais l'ensemble ne foncitonne pas très bien à mon goût. Il faut prendre la Saint-Jacques soit avec le condiment, soit avec les légumes, mais pas les trois ensemble.

3

Un oeuf basse température, avec des lentilles préparées comme en Corée, avec un beignet au porc, du kimchi et des chips. Mon plat préféré de la soirée : bien épicé, plein de saveurs, avec des textures différentes ... superbe !

4

Du pigeon, cuît juste comme il faut, avec un jus magnifique. Mon second plat préféré de la soirée.

5

Le fromage semble plus simple, mais le morbier se marie très bien à la marmelade de yuzu.

6

Un dessert de cuisinier pour finir, avec une touche de chocolat, une glace au yaourt, de l'annanas, et toujours du yuzu. De quoi finir en fraicheur un bon repas.

Cette adresse a tenu ses promesses, nous avons passé une très bonne soirée. Le service est efficace et sympathique, et propose un petit jeu : n'expliquer le plat qu'après la dégustation, pour laisser la surprise de la découverte lors de la dégustation.

L'addition a été de 157,50 €, avec 7 bons verres de vin, 1 eau et 2 cafés. Un prix raisonnable pour la qualité de la cuisine proposée.

Seule question, reviendra-t-on dans ce restaurant avant ou après avoir testé l'autre adresse de Pierre Sang ? Bonne continuation chef !

Posté par Zeross à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


14 février 2015

Yannick Alléno au Pavillon Ledoyen (Alléno Paris de son nom officiel)

Les Saint-Valentin précédentes, avec Marx en 2012, Guy Savoy en 2013 et l'Astrance en 2014 avaient placé la barre très haut ... Il fallait donc que je trouve une adresse à la hauteur de l'évènement, et de nos goûts respectifs. Rapidement, mon choix s'est porté sur Yannick Alléno chez Ledoyen, bien avant que Michelin le couronne à nouveau de trois étoiles, puisque la réservation a été faite en novembre dernier.

Chef médiatisé, spécialiste du terroir parisien, son nouveau credo porte sur les sauces, ou plutôt les extractions, en charge d'apporter punch et modernité à de grands classiques, qui seront revisités pour entrer dans le 21ème siècle. Prometteur, non ?

Nous arrivons sous la pluie, un peu en avance, et mon épouse découvre au dernier moment le lieu que j'ai gardé secret jusqu'à la dernière seconde : le pavillon Ledoyen déploie son architecture historique au bord des Champs Élysées, derrière le Petit Palais. Seconde surprise : si mon épouse connaît de réputation le chef Alléno, elle avait oublié que c'est maintenant lui qui est derrière les fourneaux de la vénérable institution. Reste maintenant à vérifier que le repas sera à la hauteur de nos espérances !

Tout d'abord, la salle. Au premier étage avec un plafond tout en dorures, de grandes fenêtres donnent sur le petit palais, avec un soupçon de pont Alexandre III et de Champs Élysées. Les tables sont bien espacées, et le personnel est aux petits soins. De ce côté, le standing 3* est respecté. Place au repas maintenant ! Nous avons pris, une fois n'est pas coutume, le menu "3 coeurs", spécial Saint Valentin. Son contenu n'est pas décrit - ce sera donc une surprise totale !

1

La mise en bouche en 3 déclinaisons : une huître pochée dans du cidre et verveine, déposée sur un faux rocher lui apportant une note sucrée, une réduction à base de noisette, une sucette Saint Jacques et écume de citron, et un macaron comme un champignon avec une langue d'oursin. La barre est placée d'emblée très haut, tant visuellement que gustativement. Bluffant ! Nous l'accompagnons d'une coupe de champagne extra dry.

2

La première entrée est un jus de courge en fine gelée, avec crème d'Isigny et noix de muscade. Les graines de courges torréfiées apportent un peu de croquant pour jouer sur les textures, en plus des saveurs parfaitement équilibrées. C'est frais, et parfais pour commencer ce repas qui sera grandement sous le signe de la mer.

Nous avons choisi un accord mets - vins avec un nombre de verres limités pour marcher droit en sortant. Pour le premier accord, un verre de Sancerre blanc nous est proposé. Normalement, cela aurait du être un verre de vin d'Alsace, mais le sommelier a tenu compte de mes préférences, et surtout de mon allergie aux vins de cette région.

3

L'entrée suivante est pour moi un des plats phare de la soirée. Il s'agit de Saint-Jacques en raviole, beurre blanc en émulsion citronnée et caviar osciètre. Un plat immense, avec une longueur en bouche exceptionnelle. Futur plat signature ? Il le mérite !

4

Vient ensuite le plat de coeur du chef : une terrine de brochet toastée, extraction de céleri. Si ce plat est réussi, et sans faute, il parait un peu fade par rapport au plat précédent. Personnellement, j'aurai préféré le déguster avant les Saint-Jacques, ou en transition entre poissons et viande, pour que sa neutralité apparente ne casse pas le rythme des entrées. Meursault nous accompagne pour ce plat.

5

On repart dans le goût puissant, avec un Saint Pierre poché, poireaux et encore une fois une sauce qui emmène ce plat presque aux sommets de la gastronomie. À notre goût, il aurait gagné à être un peu moins cuit pour atteindre la perfection. Un Hermitage blanc de Chapoutier accompagne ce plat et le suivant.

6

Le second plat emblématique de la soirée, qui nous a réconcilié définitivement avec l'oursin. Il est accompagné de lotte, avec un toast au foie de lotte et foie gras, et d'une sauce au vin rouge avec une extraction de champignons. Très surprenant dans ses associations, la maîtrise du chef en fait un plat d'exception, once again.

7

Pour la viande, qui se cache sous une pluie de truffe, nous aurons un filet de volaille basse température, avec une sauce crème et foie gras, et quelques légumes du potager. C'est pour moi le troisième plat phare de la soirée. Et sans doute la meilleure volaille dégustée dans un restaurant. Bon, la truffe aide, mais elle ne fait pas tout ... Un bourgogne rouge nous accompagne dans cette féerie des papilles.

8

Autre plat emblématique du chef, l'endive caramélisée contisée à la truffe. Moi qui ne suis pas fan d'endives cuites, quand elles sont préparées comme cela, j'en mangerai tous les jours !

9

Quelques fromages affinés venus du plateau (une tradition qui se perd dans les étoilés), avec une superbe salade assaisonnée juste à l'huile d'olive. Nous sommes prêts pour la dernière ligne droite !

10

En pré-desserts, une sorte de sablé à la pomme et sucre roux, de l'aloé vera au fromage blanc et agrume, et une tuile à la pomme avec sorbet au cidre. Parfait !

11

Premier dessert, comme je les aime dans un menu dégustation : clémentine sous toute ses formes, pour apporter fraîcheur et acidité en fin de repas. Une vendange tardive accompagne parfaitement ce plat.

12

Et enfin, chocolat, truffe et caramel. Exceptionnel. Pour ma part, il s'agit d'une première d'avoir de la truffe dans un dessert. Le mariage est parfait. Nous sommes conquis ! Un tokay permet de sublimer le plat.

Et ce n'est pas fini : une petite tartelette à la bière, et des truffes maisons permettent de vraiment terminer ce repas exceptionnel, qui restera longtemps dans la mémoire. Je n'ai qu'un problème, comment faire mieux, ou au moins aussi bien, l'an prochain ? Cela va être très difficile.

L'addition est au niveau de la prestation, déraisonnable dans l'absolu, mais conforme à la gamme de prix d'un triplement étoilé parisien. Vu la qualité de la prestation proposée, entre magie et rêve, la qualité des produits, la truffe omniprésente et le service, il n'y a rien à redire sur ce point. Le menu Saint Valentin était un peu plus cher que le menu dégustation "classique", et l'accord mets-vins a été tarifié différemment entre mon épouse, qui a pris 1 verre de moins, et moi. La coupe de champagne était aussi à un prix 3*, et peut être superflue dans le cadre d'un accord ...

Merci surtout à mon épouse pour avoir rendu cette soirée encore plus merveilleuse.

Est-ce que nous y retournerons ? Oui, en espérant pouvoir y déguster le fameux boeuf de Kobé (il n'y en avait pas hier soir).

Le site web du restaurant -> ici

Posté par Zeross à 17:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

24 janvier 2015

Le Grand Pan

Pour fêter la nouvelle année, petite sortie au resto avec mes voisins. J'ai carte blanche pour trouver une table, tant que l'on reste dans de la cuisine à dominante traditionnelle. J'ai justement dans ma to do quelques tables de ce type dans mon quartier ... quelques propositions plus tard, nous validons ensemble le Grand Pan.

C'est une table de quartier comme je les aime, avec une cuisine bistrot certes traditionnelle, mais avec une petite touche maison qui rend les produits meilleurs. Un peu comme le Restaurant du Marché, ou Bistrotters. La salle est petite (une trentaine de couverts), et il y a deux services (20h ou 21h30). La réservation est quasi obligatoire.

La carte est affichée sur une ardoise, et change en fonction du marché du jour. Il y a un peu plus de 5 entrées au menu, et une dizaine de plats, dont plusieurs côtes à partager à 2 (veau, boeuf, ...).

Hier soir, j'ai dégusté des oeufs au plat à la truffe, simple mais ultra efficace. Et puis la truffe, c'est de saison, non ? Mon épouse à pris des bulots, et mon voisin une terrine de campagne. Des valeurs sûres, bien exécutées et délicieuses.

Pour les plats, une côte de boeuf pour mes voisins, avec deux cuissons pour plaire à chacun. Des ris de veau parfait pour ma part, avec une duxelle de champignons truffée. Une tuerie ! Enfin mon épouse s'est laissée tenter par la palombe en deux cuissons, avec un accompagnement de choux. Un gibier tout en puissance, avec un bon jus.

1

La palombe

2

Le plateau de fromage, que j'ai pris à la place du dessert en arrière plan. Et le tiramisu spéculos et caramel beurre salé de mon épouse au premier plan. Dessert "classique" de bistrot, bien réussi.

3

La yaourt à la mangue, avec un financier à la pistache. Simple, mais efficace.

Le service était efficace et sympathique, et comme notre table n'était pas ré-utilisée pour le second service, nous avons pu traîner un peu à table.

La décoration est à l'image de la passion du patron, le club de rugby de Brives ! Cela donne un côté un peu décalé pour le quartier, mais on ressent la personnalité et la chaleur du patron.

Avec une belle bouteille de Volnay 1er cru, 2 eaux à bulle 2 cafés et 2 tisanes, l'addition s'est montée à 290€ pour 4. Un bon rapport qualité prix !

Comme les enfants sont acceptés, surtout au premier service (qui commence à 19h30), j'y retournerai certainement en famille. Attention, le restaurant est fermé le week-end !

Le site web -> ici

Posté par Zeross à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 janvier 2015

Lili

Première sortie de l'année avec nos amis de la Réunion. Depuis très longtemps, je cherche un restaurant de Dim Sum gastronomique sur Paris ... quand j'ai su que Lili, le restaurant chinois du Péninsula de Paris en proposait, l'occasion était trop belle ! Nous allions tous nous rappeler des souvenirs de Chine autour d'une table comme là bas.

Petite déception, les Dim Sum ne sont servis qu'à déjeuner ... qu'à cela ne tienne, nous ferons donc comme lors de nos voyages : nous prendrons plusieurs plats, à partager sur un grand dessous de plat tournant. Mais d'abord, apéritif. Les cocktails sont délicieux, mais à prix palace (25€ environ). La coupe de champagne Laurent Perrier Grand Siècle à 45€ ... ça n'aidera pas à maintenir une addition raisonnable. On ne vit qu'une fois !

1

Les entrées : une salade ormeaux et St Jacques avec une sauce superbe, un jarret de boeuf en lamelles, une échine de porc caramélisée et un canard à la cantonaise. Les saveurs sont un peu francisées, mais on retrouve bien l'esprit oriental, et les souvenirs gastronomiques de nos périples affluent.

2

Pour les plats, des crevettes à la sichuanaise, un filet de sole (préparation spéciale du chef), magret de canard à la sauce d'huitre et pigeon sauté. Les accompagnements sont variés, et nous avons pris des nouilles sautées, du riz au canard et du ris gluant en feuille de lotus. Comme précédemment, la cuisine chinoise a été adaptée à la France. C'est toujours très bon.

Pour accompagner le tout, nous avons pris un Saké Homare et un Pommard Pousse d'Or, qui se sont très bien mariés avec les différents plats. Merci au sommelier (un ancien de chez Gagnaire) pour ses conseils avisés, et des choix dans des prix parmi les plus bas de la carte ...

Quant aux desserts, ce qui n'est pas le fort de la gastronomie chinoise, ils sont corrects, sans plus.

3

Difficile de ne pas parler de la salle, historique ! Le décors est superbe, et les tables suffisamment espacées pour avoir de l'initimité.

Le service est très courtois, et plutôt efficace. Seul reproche de la soirée, le vin rouge a été servis un peu tard ... dommage.

La soirée a été une fois de plus bien agréable, entre des mets bons et dépaysant, et une tablée ô combien sympathique. Vivement notre prochaine virée !

Que dire en synthèse sur Lili. Dans un palace, le niveau est élevé, mais les prix aussi. Celà s'est vérifié lors de notre soirée, avec un gastro chinois au top, et une addition à 841€, dont 376€ de boissons (eau à 11€ la bouteille, déca à 8€ ... ça c'est palace comme disait la série télé). Un rapport qualité - prix un peu défavorable ... à ce prix, je préfère aller chez Kei, Akrame, ... bien que dans un registre différent.

Cependant, je retournerai chez Lili, pour déjeuner aux beaux jours, et goûter les Dim Sum sur la terrasse, sans alcool ! Par contre, pour dîner, l'expérience bien que réussie n'appelle pas un renouvellement !

Posté par Zeross à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 janvier 2015

Le restaurant du marché - nouveau chef et propriétaire

Cela faisait quelques temps que nous n'étions pas allé en famille au restaurant du marché, une de mes cantines de quartier. Et là, surprise : nouveau chef - propriétaire, mais toujours le même concept ! De la bonne cuisine bistrot, avec des produits frais, et une dominante pour les plats mijotés.

Le pedigree du nouveau chef est impressionnant : ancien 2* au Michelin et consultant pour le groupe Ducasse, François Rodolphe surfe aussi sur la tendance du retour au sources et à la simplicité de la cuisine de terroir. Mais que l'on ne se trompe pas, on est à des années lumières de la cuisine de ménagère dans laquelle tombent parfois ces concepts de bistrot.

La carte s'est étoffé, avec maintenant une dizaine d'entrées et autant de plats. Le menu reste à un prix tout doux 35 € pour entrée / plat / dessert ; 29€ pour 2 items.

Nous avons testé le jambon blanc truffé, céleri rémoulade, ainsi qu'un velouté châtaigne et foie gras. Rien à redire : des saveurs bien présentes et une justesse dans les assaisonnements. Nous avons adoré.

Mais qu'est devenu le parmentier de canard, emblème du précédent chef ? Il est toujours présent, à la bordelaise maintenant. Toujours très bon, mais un petit peu en dessous de son prédécesseur.

1

Le paleron de boeuf aux olives est quant à lui une tuerie, dixit mon épouse !

2

3

Les desserts restent fidèles à l'enseigne, avec entre autre le fameux pain perdu, maintenant accompagné de glace armagnac et pruneau.

L'addition a été de 159€ avec un superbe St Emilion 2008, une eau pétillante, 2 cocas et 2 cafés. Le juste prix pour cuisine pleine de saveurs, et surtout d'émotions.

La salle parait plus aérée, et les tables semblent plus espacées. Malheureusement, nous étions seuls pour le service de samedi midi, actualité oblige ... mais en échangeant avec le serveur, nous avons appris que le restaurant est souvent complet ; je conseille donc de réserver.

Nous reviendrons !

Posté par Zeross à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

08 janvier 2015

Saperlipopette - Puteaux

C'était l'évènement gastro-pipolo-médiatique de la fin d'année dernière : Norbert Tarayre, mis en lumière par Top Chef, a ouvert un restaurant à Puteaux : un bistrot chic nommé Saperlipopette. Prometteur dans l'émission, avec une gouaille bien à lui, et toujours l'envie de faire plaisir, j'avais envie de découvrir sa cuisine. Comme c'est à quelques minutes de mon travail, j'y suis allé pour déjeuner avec Emmanuel, grand complice de mes déjeuners gastro.

En arrivant, la salle est pleine. Heureusement que nous avions réservé, sinon c'était à minima 30 minutes d'attente pour avoir une table vers 13h. L'accueil est chaleureux, et la salle, bien que grande, est découpée en plusieurs "quartiers" articulés autour du grand escalier qui permet d'accéder à la salle de l'étage. Résultat, l'ambiance n'est pas trop bruyante, et nous avons pu converser sans élever la voix.

Formule à 42€ avec entrée / plat / dessert ; c'est un peu cher, et de nombreux plats sont proposés avec supplément. Ça a intérêt à envoyer ! Norbert, tu es attendu au tournant !

1

On commence par un tartare de saumon à la menthe, purée d'avocat et tuile de pain. C'est relevé comme il faut ; beaucoup de saveurs, et la douceur de l'avocat vient bien en contrepoint de l'acidité du tartare. Une belle entrée.

2

Avec un supplément de 4€, nous avons eu de la joue de boeuf mijoté, gratin de macaronnis et ris de veau (sans le supplément, c'est de la bavette). Une tuerie. Des saveurs sublimes, une joue fondante, un jus bien corsé et un ris réussi, même si il aurait gagné à être un peu plus doré à mon goût (mais je suis perfectionniste).

3

En dessert, la sphère au chocolat noir, que vient faire fondre un chocolat chaud à la vanille, pour découvrir de la poire, avec sorbet poire Williams et pomme. Encore un très beau et bon plat.

4

L'examen est pour moi réussi haut la main. Norbert n'est pas (que) un élément médiatique, c'est aussi un bon chef. Le service a été rapide et efficace, sans trop d'attente entre les plats.

Avec une belle bouteille de Bourgogne, 1 eau pétillante et 2 cafés, l'addition a été de 160€ pour 2 personnes. C'est finalement le seul point noir de ce restaurant, le prix est un peu élevé, même si la qualité est au rendez-vous. On peut réduire l'addition en ne prenant qu'un plat et un dessert ...

En tout cas, j'y retournerai !

Posté par Zeross à 21:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,